L’abbaye aux musées

Quelques-unes des oeuvres d'art remarquables de l'abbaye sont actuellement exposées dans trois musées renommés de Namur, à savoir les musées des Arts Anciens, de Groesbeek de Croix et Diocésain.
Pour vous donner un aperçu de ces richesses, nous vous proposons de nous entretenir sur quelques oeuvres.
 

Le Musée des Arts Anciens

Le Musée des Arts Anciens, rue de Fer à Namur, comprend pas mal d'oeuvres issues de Marche-les-Dames. Nous allons ici retenir celles qui nous paraissent essentielles.
A celles-là, il convient d'ajouter des chasubles de prêtres, chape et même un gisant.

La Vierge debout à l'Enfant (hauteur : 84 cm)

Cette statue en chêne polychromé fut réalisée vers 1250 - 1260.

La Vierge est couronnée et sa tête est couverte d'un voile court. Elle est vêtue d'un manteau enveloppant ses épaules tout en laissant le buste dégagé.
Sur le côté droit, un large pan du manteau est ramené du côté opposé.
Debout, elle porte l'Enfant tenant sur ses genoux un petit plateau.
 

Sainte Anne et la Vierge (hauteur : 87 cm)

Ces statues sont d'origine rhénane et datent d'environ 1470.
Elles sont en chêne sculpté et polychromée. Ces statues devaient, à l'origine, constituer un groupe trinitaire où manque l'Enfant Jésus.
Anne (mère de Marie) feuillette les pages d'un livre ouvert. Elle porte une robe au corsage ajusté et plissé, ainsi qu'un manteau.
La Vierge est debout. Son visage est juvénile.
Initialement, cette statue devait se trouver à gauche d'Anne car son visage, orienté vers la droite, devait contempler son fils, dont la tête aurait reposé sur le genou droit d'Anne (comme en témoigne le pli gauche de sa robe).


Repos de Jésus, dit Jésuau (12,5 x 11,5 x 8 cm)

Cet objet a été réalisé en argent doré et date du début du 15e siècle.
Il se présente comme un berceau fixe miniature à quatre pieds crénelés. Ils se prolongent par des doubles contreforts surmontés de pinacles (sommet) fleuronnés.
A chaque angle se trouve une niche où une figurine d'ange ailé est fixée (l'un d'entre eux est perdu).
Au sommet des deux parois fleuronnées se trouve une représentation statuaire de Sainte Barbe et de Sainte Catherine.
Ce repos est le plus précieux et le plus miniaturisé de Belgique. Il est attribué à un orfèvre liégeois.


Un coffret de mariage (25 x 47 cm)

  

Ce coffret est réalisé en bois de cèdre et porte des traces de polychromie.

La photolithographie reproduite plus loin représente la face antérieure de ce coffret. Les personnages de cette scène de fiançailles portent de riches costumes datant du 15e siècle et rappelant les fastes de la cour de Bourgogne.
Au centre de la composition, l'artiste a tracé un arbre qui partage deux groupes de personnes.
A droite, le fiancé s'avançant vers sa belle en lui offrant un bouquet. Il est accompagné de deux autres personnages. Celui du milieu est couvert d'un chaperon, coiffure habituelle de Philippe-le-Bon. Quant au troisième, il porte un chaperon replié en forme de turban.
Ces trois hommes portent un surcot, vêtement très large et à plis. Les manches sont d'une ampleur énorme et sont ornées de bordures festonnées.

La toilette des dames nous montre également l'appartenance bourgeoise de ces personnes. Celle située au milieu est coiffée d'un escoffion à cornes recouvert d'un voile. Les deux autres ont sur la tête des bourrelets faits en drap fin ou en velours.

Décrivons la future mariée : sa robe est montante, son cou est entouré d'une collerette; les manches, doublées de fourrure sont longues. Son regard semble soumis à la passion amoureuse.
La dame du milieu a, pour sa part, une robe décolletée. Elle tient dans sa main une bague de fiançailles.

Les faces latérales de ce coffret sont recouvertes d'ornements. Le couvercle comprend une sorte d'écusson ne représentant pas d'armoiries, ce qui atteste que son généreux donateur était un bourgeois ou un écuyer.

Ce coffret devait renfermer des bijoux et comme le dit l'auteur de l'article consulté : «J'y cherche les jolis affiquets de la fiancée et je n'y trouve que des larmes ».

Signalons également les présences d'une porte de tabernacle, d'orfrois de vêtements sacerdotaux et d'un gisant dans ce même musée.


Le musée Diocésain

C'est dans ce musée que se trouve un panneau (61 x 168) représentant les scènes de la Passion. Celui-ci fut réalisé au milieu du 16e siècle.

Les scènes représentent, de gauche à droite, la prière au jardin des oliviers, la flagellation, le couronnement d'épines et le portement de croix.
Sur le quatrième panneau (à l'extrême-droite), nous pouvons observer l'effigie d'une moniale. Un phylactère émane de ses mains : « O bone Jhesu, nole me derelinquere ». Il est probable qu'elle implore le soutien du Christ afin d'évacuer ses douleurs, d'où le thème de la Passion pour ce panneau.

Signalons également la présence d'une pierre tombale armoriée.


Le musée de Groesbeek de Croix

Nous pouvons y admirer deux tableaux :

La Vierge aux sept douleurs

Ce tableau (68 x 149) a été réalisé à la fin du 16e siècle et est peint sur trois planches assemblées dont les moulures, situées entre celles-ci, donnent l'illusion d'un triptyque.

Dans la scène principale, la Vierge est assise et soutient le corps de Jésus, reposant sur un linceul.
Dans le coeur de la Vierge, point central de la composition, sont plantées sept épées correspondant aux médaillons entourant les personnages. Ces médaillons évoquent les sept douleurs de la Vierge, à savoir trois scènes relatives à l'enfance du Christ, situées à gauche (de bas en haut : la circoncision, la Fuite en Égypte et Jésus au milieu des docteurs) et quatre scènes rappelant la Passion (de gauche à droite : le portement de croix, la crucifixion, la descente de croix et la mise au tombeau).

Le panneau latéral droit représente Saint Jacques en pèlerin, accompagné d'une religieuse. Celui de gauche représente Saint Pierre tenant un livre ouvert et la clé.


Vierge à l'enfant (66,5 x 51 cm)

Ce tableau a été réalisé en 1610 comme en témoigne une inscription écrite sur le cadre du tableau en bas « En tous lieux Marche 1610 ».

La Vierge est représentée sur un fond sombre, presque de face. Elle se tient debout derrière l'enfant Jésus et elle est en attitude de prière.
Elle est vêtue d'une robe rouge précédée par un manteau. Sa tête est entourée d'un fichu noué au-dessus de sa poitrine.


Sources : www.marche-les-dames.be et brochure - L’histoire de la vallée de Marche-les-Dames, de la préhistoire à nos jours, Laurent Aidans, avril 1997, Les Amis de Marche-les-Dames et Wartet.

Haut de page
© 2012 Alice Fohal / 2012 / Tous droits réservés.

Additional uncaught exception thrown while handling exception.

Original

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 UPDATE command denied to user 'marcheledb1'@'localhost' for table 'node_counter': UPDATE {node_counter} SET daycount=daycount + 1, totalcount=totalcount + 1, timestamp=:db_update_placeholder_0 WHERE ( (nid = :db_condition_placeholder_0) ); Array ( [:db_update_placeholder_0] => 1550966755 [:db_condition_placeholder_0] => 23 ) in statistics_exit() (line 73 of /home/marchele/www/modules/statistics/statistics.module).

Additional

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user 'marcheledb1'@'localhost' for table 'watchdog': INSERT INTO {watchdog} (uid, type, message, variables, severity, link, location, referer, hostname, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7, :db_insert_placeholder_8, :db_insert_placeholder_9); Array ( [:db_insert_placeholder_0] => 0 [:db_insert_placeholder_1] => php [:db_insert_placeholder_2] => %type: !message in %function (line %line of %file). [:db_insert_placeholder_3] => a:6:{s:5:"%type";s:12:"PDOException";s:8:"!message";s:427:"SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 UPDATE command denied to user 'marcheledb1'@'localhost' for table 'node_counter': UPDATE {node_counter} SET daycount=daycount + 1, totalcount=totalcount + 1, timestamp=:db_update_placeholder_0 WHERE ( (nid = :db_condition_placeholder_0) ); Array ( [:db_update_placeholder_0] => 1550966755 [:db_condition_placeholder_0] => 23 ) ";s:9:"%function";s:17:"statistics_exit()";s:5:"%file";s:55:"/home/marchele/www/modules/statistics/statistics.module";s:5:"%line";i:73;s:14:"severity_level";i:3;} [:db_insert_placeholder_4] => 3 [:db_insert_placeholder_5] => [:db_insert_placeholder_6] => http://marchelesdames-wartet.be/content/l%E2%80%99abbaye-aux-mus%C3%A9es [:db_insert_placeholder_7] => [:db_insert_placeholder_8] => 34.228.115.216 [:db_insert_placeholder_9] => 1550966755 ) in dblog_watchdog() (line 160 of /home/marchele/www/modules/dblog/dblog.module).